AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On revient toujours [Memories w/Phoebe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Phoebe Darris

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: On revient toujours [Memories w/Phoebe]   Mer 5 Déc 2007 - 16:34

[ Le temps ne change pas le talent I love you ]

Les meilleures moments d'une vie. On y a tous droit un jour, naïvement et innocemment. Mais rares sont les fois où on se rend compte que ce sont à la fois les plus beaux et les plus importans instants de notre existence. Oui, rares sont les personnes qui ont la possibilité de vivre pleinement ces instants avec celui ou celle qu'ils aiment. Et Phoebe pouvait non seulement se vanter de les connaître avec celui qu'elle aimait profondément, mais elle pouvait en être d'autant plus fière qu'elle les passait avec un Nathaniel Priestly, sans aucun doute la personne la plus extraordinaire qui soit. Elle mesurait amplement la chance qu'elle avait de vivre les meilleurs moments de cette longue vie avec l'homme à qui elle se rattachait, se rattachant presque ainsi à elle-même. En fait, c'était même presque peu dire car, aux yeux de la blonde, Nate était... Il était simplement toutes les raisons pour lesquelles l'amour existait. Toutes ces choses avec lesquelles Phoebe souhaitait continuer à vivre éternellement. Celui avec qui Phoebe souhaitait rester éternellement. Nathaniel Priestly.

D'où l'importance de ne pas le laisser filer une seconde fois. D'où l'importance de se donner Corps et Ame pour l'avoir auprès d'elle, quit à le suivre au bout du monde s'il lui demandait. Si Phoebe n'était pas capable de lire dans les pensées du jeune homme, elle se sentait coupable d'avoir la Sensation d'être autant attachée à lui, en devenant presque égoïste, sans en faire assez pour l'aider, Malgré tout. Non, elle ne perdait aucunement l'importance de la mère de Nate, de sa santé, mais elle souhaitait juste ne pas devoir le laisser s'en aller. Elle ne s'imaginait pas sans lui, égoïstement. Ils semblaient autant l'un que l'autre connaître la place importante que leur familles respectives avaient dans leur Coeur. Une mère, ça restait la base, l'essentiel, la pièce centrale du Puzzle. La mère de Phoebe, eh bien, elle en était bien loin, aujourd'hui. Et à sa façon, Nathaniel semblait être à la fois si proche et si loin d'elle. Phoebe n'arrivait pas à soustraire de son esprit le malheur de Priestly lorsqu'il devait être en face de celle qu'il connaissait depuis toutes ces années. Peut-être qu'au fond, d'une certaine manière, c'était en partie la raison pour laquelle la jeune femme n'avait jamais obligé sa mère à se soigner à l'hôpital. Car elle n'aurait peut-être pas été dans la Capacité de, tous les jours, voir allongé un Corps abîmé et exténué, en affichant un sourire radieux pour lui assurer que la vie est belle. Pour avoir cette force là, Phoebe admirait Nate. Il était bien plus fort qu'il ne pensait l'être.

Et il semblait à la fois si Calme et si serein extérieurement et si Euphorique à l'intérieur de lui-même... Phoebe, pour lui, aurait été prête à tout. Même à filer, l'instant même, à New York. Jusqu'à l'hôpital. Jusqu'au chevet de sa mère. En fait, elle pouvait faire absolument tout ce qu'il désirait, tant qu'il étaient ensemble, et par la moindre idée qui lui traverserait l'esprit - Aussi Saugrenue et Incroyable puisse-t-elle être, car Phoebe ne doutait aucunement de la Capacité de Nate à trouver des Folies à accomplir- la jeune femme le suivrait. Elle ne lâcherait pas sa main et elle le suivrait partout, absolument partout, où il voudrait se rendre tant que, évidemment, il accepterait d'être accompagné de la Jeune femme, acceptant donc de lui laisser une place étroite dans ses valises. Et si, un jour, il décidait de poursuivre sa route seul, la jeune femme respecterait. Bien qu'elle espérait du plus profond de son coeur que jamais il ne lui demanderait de partir, de le laisser continuer son chemin sans sa présence. Elle se sentait beaucoup trop bien avec lui, qu'elle priait pour partager toutes sortes de moments de sa vie la main dans la sienne. Etre aussi présente lorsqu'il serait heureux que malheureux. Etre toujours là, avec lui, dans ses bras, contre son Corps dégageant une réconfortante chaleur. Parce que Phoebe, d'elle-même, ne s'enfuirait jamais. Rien ni personne ne l'attendait vraiment quelque part. Quitter Seattle, ses amis, ses habitudes, ce n'était rien. Non, puisqu'il y avait Nathaniel.

Phoebe était de nature très têtue. Pour avoir ce qu'elle souhaitait par dessus tout obtenir, elle pouvait dépasser pas mal de ses limites. Très difficilement influençable, elle fut dotée cependant d'un pouvoir très développé de persuasion. Ainsi, il fait parti d'elle de parfois s'amuser avec les gens, bien que cela ne soit jamais bien méchant, et très rarement pour de mauvaises intentions. Dès le premier regard qu'elle avait projetté en direction de Nathaniel, elle l'avait senti très joueur, peut-être même autant qu'elle, pour le plaisir de former un duel interessant. Cependant, la jeune femme prit un plaisir deconcertant à se rendre compte qu'ils ne jouaient pas à ce jeu là, bien qu'ils y aient joué dans la même cours auparavant. En fait, les deux semblaient tout particulièrement s'amuser à séduire et tenter l'autre, comme s'ils se découvraient pour la première fois à chaque geste. Phoebe n'était pas mauvaise perdante, fort heureusement, car son adversaire était de taille. Sans rien faire, il faisait fondre la maligne. Il se passait innocemment la main dans ses cheveux soyeux d'un brun foncé, relevait le col de son pull, avec une classe aisée et innée en lui. Jusque là encore prête à défier le Priestly, il suffisait d'un sourire de celui-ci pour que la Blonde abandonne la partie. Injuste.

Et la jeune femme rêvait de ça depuis plus d'un mois, à s'imaginer de probables retrouvailles avec Nate. Mieux que dans toutes ses espérances, c'était un moment privilégié qu'elle partageait là, avec lui, en ce moment-même. Et elle semblait sincèrement réchauffée par l'honnêteté du jeune homme. Car, après tout, rien ne l'avait obligé à lui ouvrir ainsi son coeur et déballer sa situation avec cette sincérité, Il aurait pu refuser de l'informer sur quoique ce soit. Phoebe aurait respecté et compris ce choix. Evidemment, elle se serait sentie moins sereine de ne pas savoir, et se serait interrogée jours et nuits. Car le bonheur de Nate passait avant tout le reste. Mais pour tout ça, pour lui avoir évité tous ces tourments, la jeune femme était infiniment reconnaissante envers Nathaniel. Elle lui faisait entièrement confiance, n'hésiterait pas une seconde à lui ouvrir son propre coeur et lui expliquer les raisons pour lesquelles elle avait fait quelque chose d'inhabituel, si ça avait été le cas, et elle se trouvait incroyablement rassurée que le Priestly ait fait de même en ce qui le concernait. Car, inconsciemment, il ouvrait une partie de sa vie, de son passé, de son histoire personnelle à Phoebe, qui s'embarquait alors dans quelque chose qu'elle ne connaissait aucunement. Pourtant, elle souhaitait s'y laisser voler. Car c'était Nate. C'est l'histoire de Nate. Et la jeune femme ne demandait pas mieux que de faire partie de cette histoire, comme Nate faisait parti de la sienne.

" Pour le meilleur comme pour le pire". A 21 ans, Phoebe Darris comprit enfin le sens de ces mots. Et elle sourit de nouveau, encore et toujours, alors que les lèvres du Priestly s'articulait aussi en un délicat sourire. Le meilleur, elle le vivait chaque jour, chaque instant, chaque seconde avec le jeune homme. Il était le meilleur. Le pire, ils le vivraient ensemble et le transformerait en un délicieux bonheur. Pas de pire, quoi. A partager les difficultés de l'un comme de l'autre... L'un avec l'autre. Amoureuse. Il suffisait de ça pour expliquer l'Etat de bonheur qui traversait la Jeune femme. Elle aimait, sans pudeur et en toute sincérité. Et un nouveau sourire de dessina finement sur le coin des lèvres de la Blonde à la réponse de Nathaniel. Ce n'était pas vraiment le genre de Phoebe de toujours laisser l'homme régaler. Elle haussa légèrement le sourcils et articula.


Habituellement.

Elle fronça le nez en regardant Nate passer sa main dans ses cheveux. Tous ces gestes, toutes ces choses, qui pourraient paraître futiles, mais qui rappelaient à Phoebe comme elle aimait Nathaniel. Nathaniel avec ses mimiques, Nathaniel avec ses habitudes, Nathaniel avec ses sourires. Et ses éclats de rire, tant communicatifs. Un frisson parcouru la Blonde, et elle déposa un simple baiser contre la joue du Priestly.

Je vous écoute. Où voulez-vous dîner Monsieur ? Elle se pencha tout contre l'oreille du jeune homme et murmura, Moi, je vous suivrai où vous le voulez.

On devrait tous avoir un Nathaniel Priestly dans nos vies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel Priestly

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 27
Localisation : Avec Phoebe, quelque part...

MessageSujet: Re: On revient toujours [Memories w/Phoebe]   Mar 18 Déc 2007 - 9:08

...Part two maintenant
rendeer santa


Pouvons-nous naître avec une chance incroyable, une chance inouïe? Naissons-nous avec un Destin déjà dessiné et un chemin prédéterminé? Peut-être, il pouvait plaire à certains de croire que rien n'arrive pour rien, de croire que nous ne sommes que les marrionnettes d'une force divine qui nous dessine une Destinée sans même se soucier de qui seront les pantins, qui croieront vainement avoir le propre contrôle de leurs existences. D'autres croient que c'est l'homme qui choisit sa voie, et que chacune de ses décisions le rend meilleur ou pire, mais chaque décision a son poids dans la voie choisie par tous et chacun. Dans le cas présent, dans l'un ou l'autre des cas, Nathaniel Priestly ne pouvait que remercier sa Bonne Étoile d'avoir mis Phoebe Darris sur son chemin. Peu lui importait maintenant ses déceptions, ses chagrins, ses erreurs, ses mauvaises passes. Il y avait si longtemps qu'il n'avait pas ressenti un pur et simple bien être, sans arrières-pensées. Oh, Nate est toujours conscient de ce qui se passe autour, mais avec la présence la jeune femme à ses côtés, il se sent invincible, invulnérable, comme quoi le courage de Phoebe le rend plus fort, plus vaillant, près à affronter l'inévitable la tête haute.

Sa main dans la sienne était le stimulant et le sédatif le plus puissant qu'il n'aurait jamais pu connaître. Son regard dans le sien le courage le plus puissant, on est loin de reconnaître le Nathaniel Priestly qui cherche son courage au fond d'une bouteille de champagne. En y songeant, Nate pensa que la responsable de son changement n'était pas seulement son transfert à l'Académie, mais la véritable investigatrice de ce ménage de valeurs au sein du jeune homme répondait au nom de Phoebe Darris. Il lui était désormais inconcevable de redevenir le coureur de jupons Priestly, accumulant les conquêtes de jour et jour, fêtant jusqu'aux petites heures du matin pour arriver, «frais et dispo» pour l'interrogation du lendemain matin. Exactement le genre de gars qui trouve assez amusant de faire des paris stupides avec ses copains comme, par exemple, embrasser le plus de filles possible dans la même soirée. Tout cela , avec le recul, semblait lui avoir fait passer à côté de ce qu'était, et est, réellement la vie. Cette vie, il désire plus que tout au monde que Phoebe Darris en fasse parti, et il ferait n'importe quoi, coûte que coûte, pour l'avoir toujours à ses côtés, pour gommer ses défauts et faire ressortir ses qualités.

Pourtant, là n'était pas la question, car il était certain que d'un côté comme de l'autre, il semblait impossible de ne pas s'accrocher à l'autre, tant chacun était épris de l'autre. C'était une sensation sublime, magnifique, incroyable, de se savoir aimer pour qui on est réellement. C'est une sensation que tout être sur cette Terre devrait ressentir, et il n'y aurait plus jamais de malheur, ni de peine. Si tout le monde avait une personne comme Phoebe pour lui, le monde se porterait mieux. Le nombre de sourires augmenteraient en flèche, la bonne humeur emplieraient les rues du monde entier, et la joie de vivre serait d'autant plus contagieuse que de savoir qu'on partage sa vie avec la meilleure personne du monde. Comment peut-on aisément prétendre qu'on a trouvé sa perle rare, son étoile, sa semblable, son alter ego, son âme soeur? Nathaniel, quelques mois plus tôt, aurait répondu à cette question par un haussement de sourcil suivit d'un rire. Maintenant, c'est tout à fait différent. Il sait que Phoebe est là pour lui, et qu'il est là pour elle, une promesse silencieuse qu'il ne briserait pas pour tout l'or du monde. Le fait de savoir qu'on a quelqu'un sur qui compter, dans les meilleurs et les pires moments, pour partager ses peines sans en avoir honte.

Parce qu'il sait que Phoebe comprendrait ses coups de blues, sans jamais s'en moquer, sans jamais sans plaindre, les accepter et l'aider à les surmonter. Pas de mots insipides, n'ayant pas de sens profond. Simplement par sa présence, ses regards, ses sourires, sa main dans la sienne, l'impression pure et simple de la savoir là pour lui est plus beau cadeau qu'on puisse lui faire, particulièrement en ce moment. Un coup dur dans une existence, c'est peu, mais quand ça arrive comme une première, ça frappe. Nathaniel Priestly est un garçon habitué à vivre avec aisance et facilité, et l'idée de savoir que tout n'est pas rose, même pour lui, n'est pas quelque chose que l'on accepte facilement. Pas après vingt-et-un ans de vie dans laquelle on y a cru dur comme fer. C'est une bulle toute entière qui a explosé quand son portable a sonner, il y a plus d'un mois, et que la voix de son père lui a annoncé que sa mère était tombée malade et qu'elle était quelque part entre la réalité et l'inconscience au Cedar Sinai de New-York. Un choc terrible pour le jeune homme.

Les instants qui suivirent cet appel sont flous, du moins, à son sens. Il ne se rappelle plus très bien comment il a réussi à atterrir sur son lit et à fixer le plafond pendant des heures et des heures, contemplant mentalement le flot d'images lui revenant des moments familiaux avec sa soeur et ses parents. C''est dans ces moments qu'on se rend compte qu'on ne profite jamais assez de ce qu'on a, qu'on prend pour acquis ce qui est déjà sous notre emprise, mais la vie se fait un plaisir de nous rappeler qu'elle est le seul et unique propriétaire de tout ce qui est doté de conscience. Dire que cela fut un moment atroce pour le jeune homme n'était qu'un doux euphémisme, car ce n'est que de faibles mots pour décrire sa situation et son état d'esprit pendant un mois. Enfermé dans sa bulle, il faisait tout pour paraître calme et serein, pour sa soeur, sa petite soeur, sa princesse. Celle qu'il avait pour devoir de protéger contre tous les dangers, tous les périls. Pour qui il se devait d'être fort, et tandis qu'elle pleurait contre son frère, Nate lui caressait les cheveux, apaisant sa tristesse et sa colère comme il le faisait depuis sa naissance.

Le plus dur, dans tout cela, était l'impuissance vis-à-vis de la situation. Il lui était impossible de rendre plus doux le calvaire que subissait sa famille, son père, sa soeur. Il lui était impossible de faire revenir consciemment sa mère, profondément assoupie et décidée à rester dans ce monde de rêves et d'illusions tandis que les siens foulaient encore leurs pas sur cette terre. Il était incapable d'avaler de devoir errer dans sa chambre, de long en large, attendant d'avoir des nouvelles. Un mois à devoir partir sur les dix-heures du soir et à craindre qu'un coup de fil lui annonce que sa mère s'était finalement éteinte ou, au contraire, d'entendre qu'il n'avait pas été là à son réveil, et qu'elle était revenue parmis eux. Les deux lui semblaient presque aussi horrible, comme quoi il l'aurait abandonner à son triste sort.

Heureusement que Phoebe est là pour apaiser ses soucis, calmer ses peurs, comprendre sans ne rien dire. Tout ce qu'il pensait, Nathaniel aurait voulu le communiquer à la jeune femme, mais chaque chose en son temps. Il reprenait tranquillement le dessus, et Phoebe y était pour beaucoup. La savoir toujours pareille, aussi belle, aussi souriante, aussi pétillante de vie était un baume sur le jeune homme meurtris par les circonstances. Grâce à elle, il redevenait facilement en sa compagnie dans la peau de l'insouciant Nate qu'il enviait plus ou moins. D'un côté comme de l'autre pour la naïveté que rien ne peu l'atteindre. Ne voulant plus être victime de ce coup de blues qui l'empêchait de respirer, les paroles de Phoebe furent l'occasion rêvée pour lui voler un baiser avant de réfléchir sérieusement à l'endroit où il voulait se rendre, dans l'immédiat. Ce n'avait tellement pas d'importance, au fond, tant qu'elle était là, avec lui, il pourrait aller partout.


«Si, habituellement, mais je te confère mes privilèges si j'ai droit à un bisou.»

Il afficha un sourire exagéré, amusé. Il n'y avait qu'elle pour le rendre si léger, si tranquille, si serein. S'approchant de la jeune femme, Nate déposa un baiser sur son front pour se reculer légèrement tandis que Phoebe l'observa tandis que, à la suite de ses dires, Nathaniel passa automatiquement la main dans sa chevelure, comme à son habitude. Tout semblait si normal, si paisible. Qui eut cru que le jeune homme revenait tout juste d'un passage en Enfer? Même lui en doutait, mais se laissa sans peine attendrir par le doux baiser que déposa les lèvres fines et sucrées de la jeune femme sur sa joue. Un sourire fin s'étala sur ses lèvres puis, il ajouta.

«N'importe où, avec toi.»

Il dut retenir l'envie de la blottir tout contre lui, de sentir son odeur, sentir son corps contre le sien. C'est qu'avec la patience vient le plus grand des plaisirs..

_________________
thanks to caugraphics

LE PLAISIR ÉTANT ÉPHÉMÈRE ET LE
DÉSIR DURABLE, LES HOMMES SONT
PLUS FACILEMENT MENÉS PAR LE
DÉSIR QUE PAR LE PLAISIR...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
On revient toujours [Memories w/Phoebe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le passé nous revient toujours quand on dors... [pv Seth Cooper]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sea.Sex.Sun. :: Los Angeles :: Mid-City :: Eglise-
Sauter vers: